News

Vous aimez le thé ?  Attention à ceux que vous buvez !

thé

En ce moment on parle beaucoup d’une étude menée par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) qui a montré que neuf des dix marques de thé les plus populaires en Amérique du Nord, contiennent des pesticides toxiques. Ces pesticides réduisent les avantages du thé, et le rendent même dangereux pour la santé.

Il y a déjà quelques temps le magazine 60 Millions de Consommateurs a révélé que des marques connues de thés verts et noirs en sachets contiendraient de nombreux pesticides, mais aussi des métaux et des substances cancérigènes…

Kusmi Tea, Lipton, Auchan sur la sellette

Les analyses effectuées par le magazine montre aussi la présence  d’autres substances tels que le mercure et l’arsenic, et l’alcaloïde qui peuvent être cancérigène. La marque Kusmi Tea s’était déjà faite épingler en janvier 2017 pour la présence d’alcaloïde dans ses infusions à la camomille, et s’était vue dans l’obligation de retirer ce produit du marché.

D’autre part on a détecté une forte présence de fluor dans certains sachets. Et il est prouvé depuis maintenant plusieurs années, qu’une trop forte quantité de fluor nuirait à notre organisme, et pourrait même s’avérer toxique !

Mieux vaut donc privilégier le thé en vrac, moins concentré en fluor, les thés bios dépourvus de tous pesticides et changer souvent de marque de thé.

Connaissez-vous le blurring ?

817f273b986d1ddc334a20266610827f
(Tiraillé entre la nécessité de nourrir son enfant et l’envie de faire autre chose, comme traîner sur son téléphone, un jeune papa américain a décider de concevoir le « Swipe and Feed », un porte-biberon à accrocher sur son smartphone).

Dés le matin vous tournez en boucle. Pas le temps. Vous réglerez le problème au bureau. Le soir, même combat, il faut finir ce truc du boulot, à la maison. On mélange, on touille, travail, vie perso, la journée ne s’arrête pas quand on quitte le bureau, la vie perso continue devant l’ordi, c’est le blurring !

Ce terme anglais de « blurring » vient du verbe anglais « to blur » : flouter, estomper, effacer, et oui, vous effacez les cloisons, vous faites tomber les frontières. Plusieurs enquêtes (Edenred Ipsos, Cadreo) ont révélé que près de 80% sont ainsi sollicités pour leur travail en dehors de la journée professionnelle classique et quasiment la même proportion doit régler des problèmes personnels pendant leurs heures de travail. Ainsi, au bureau, on peut écrire des « mails perso » ou consulter en ligne son compte en banque… 

Depuis Internet, on bosse partout, dans les trains, les salles d’attente, la chambre à coucher, et on commence à lire ses courriels au petit déjeuner.

Smartphones, tablette et ordinateur portable permettent d’être plus flexibles et de travailler plus facilement à distance. Le revers de la médaille c’est qu’on est aussi joignable à tout moment et tenté de consulter les mails le soir ou le week-end.

Les conséquences négatives sont nombreuses : stress, sentiment de culpabilité quand on prend du temps pour soi, sollicitation constante en dehors du bureau…

Comment faire pour s’en sortir ?

Lire attentivement le point 7 du très discret article 55 de la loi Travail au terme duquel l’article L 2242-8 du Code du travail.

La qualité de vie au travail doit désormais également porter sur « les modalités du plein exercice par le salarié de son droit à la déconnexion et la mise en place par l’entreprise de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ».

Mais, dans un monde ultra connecté où la durée de vie d’un tweet n’excède pas quelques minutes, le droit à la déconnexion apparaît un peu…décalée, non ?

 

Espoir: on peut améliorer son QI à l’adolescence

dmljk1hx4ai0gp6

On dit que l’intelligence,  aujourd’hui, est moins académique, plus rapide, et mal évaluée par les tests. Depuis plusieurs années, on assiste à l’apparition de nouvelles formes d’évaluation, tel le quotient émotionnel, le QE qui est censé refléter les capacités et l’intelligence sociales des individus : empathie et travail en équipe sont les mantras actuels.

Il y a une quinzaine d’années une équipe de l’University College de Londres, a mené une étude à long terme sur les capacités intellectuelles de 19 garçons et 14 filles, évaluées à l’âge de 14 ans. Puis, il y a onze ans, ils ont réalisé les mêmes travaux sur les mêmes personnes, à l’âge de 18 ans.

Tous ont ainsi passé des tests de quotient intellectuel (QI) dit « verbal » (culturel) et de QI dit « performances » (raisonnement spatial) parallèlement à des scanners du cerveau. 

Résultats : un changement de QI verbal a été trouvé chez 39% de ces adolescents, et de QI ‘performances’ chez 21% d’entre eux. Des variations qui se sont avérées être positives ou négatives en fonction des sujets.

Ces conclusions sont encourageantes pour ceux dont le potentiel intellectuel peut s’améliorer. De plus elles peuvent également avoir des implications sur la manière dont les élèves sont évalués, et sur l’âge à partir duquel les décisions concernant leur avenir sont prises.

(Sources: sante-decouverte.com)


alerte-aux-fausses-applications-qui-piratent-les-portables

Attention aux fausses applis pour portables

Savez-vous que votre téléphone portable est une fiche d’état civil, un carnet de famille, un carnet de santé et un agenda perso à lui tout seul ?

Et que certains, tapis dans l’ombre, guettent le moment de vous voler vos données personnelles ?

Le Google Play Store et l’App Store des iPhone sont truffés de fausses applications, dont le seul but est de nous soutirer de l’argent de zombifier (contrôler à distance) notre smartphone ou de nous espionner. 

Ca se passe comment ?

Nos téléphones portables regorgent d’informations sur leurs propriétaires. Ce qui est bien pratique pour recueillir des informations sur les militants, avocats, journalistes et autres. De fausses applications de messageries instantanées sont ainsi utilisées dans plus de 20 pays.

Ces applications « clones » qui imitent les vraies, contiennent des logiciels malveillants qui peuvent voler des données, prendre des photos ou faire des enregistrements audio.

Déguisées  en applis Facebook, Google Now, Snapchat, Candycrush, ce sont d’horribles adwares qui prennent racine dans le système et sont presque impossibles à supprimer.

Les Etats-Unis, le Canada, l’Allemagne, le Liban ou la France figurent parmi les pays touchés.

Le procédé est très simple : il suffit que l’utilisateur ayant téléchargé cette fausse version autorise l’application à accéder à l’appareil photo et au micro de son smartphone. Le logiciel espion peut aussi récupérer des données personnelles stockées, comme l’historique de navigation Internet, le journal d’appels, les SMS…

Une étude publiée le 10 janvier affirme avoir découvert une vaste « infrastructure » dédiée au piratage informatique dans le monde entier, baptisée « Dark Caracal », qui serait basée dans un immeuble de Beyrouth (Liban).

« Dark Caracal » lance divers types de cyberattaques depuis 2012, les fausses « apps » étant l’une de ses illustrations les plus récentes.

A quoi servent les fake apps ?

En général le nom ainsi que le logo sont identiques à ceux d’applications reconnues. Il y a quelques mois, une « fake app » avait pris pour cible WhatsApp en reprenant son logo et le nom de son éditeur, WhatsApp Inc.

Ce qui a permis à son auteur de bénéficier de plus d’un million de téléchargements avant d’être retirée de la plateforme Play Store par Google.

Apparemment ces fake apps servent soit au vol des données personnelles, soit au « tracking » (suivi d’un internaute), au « keylogging » (enregistrement des frappes des touches du clavier), aux publicités intrusives et bien plus encore.

De nombreux pirates proposent en téléchargement des applications trompeuses qui une fois installées leur génèrent de l’argent grâce aux liens sponsorisés et dans le pire des cas peuvent provoquer un dysfonctionnement du terminal mobile. 

Les spécialistes du groupe Symantec ont récemment découvert un malware présent sur Android qui prend la forme de l’application Uber. Ce virus subtilise les identifiants des utilisateurs et les revend sur le darkweb. Le malware est tellement bien conçu qu’une fois les identifiants collectés, celui-ci redirige l’utilisateur vers la page d’accueil de l’application officielle. Ainsi il ne s’aperçoit pas que ses informations ont été dérobées.

Pour détecter les fausses applis : phonandroid.com/ /papergeek.fr/ justaskgemalto.com

__________________________________________________________

thumb_COLOURBOX34572402C‘est quoi le « hygge » ? 

Ce mot danois se prononce hou-ga et «La traduction qui s’en rapprocherait le plus dans votre langue serait « cosy », ou « chaleureux »», explique Meik Wiking, auteur d’un « Livre du hygge » (First Éditions).

En fait, aucun mot n’existe en français pour décrire complètement cette atmosphère mêlant bien-être et cocooning.

Mais c’est quoi alors ?

Pas besoin d’avoir beaucoup d’argent et de dépenser à tout va, le hygge se trouve dans les petites choses du quotidien. Ce concept nous aide donc à voir le bonheur autour de nous et à en profiter intensément.

Il s’agit d’abord de prendre du temps pour soi. Se faire plaisir sans arrière-pensée. Arriver à vivre dans le présent et à l’apprécier, sans ressentir le poids du passé ou se projeter dans le futur. Se concentrer sur ce qu’on a au lieu de ce qu’on n’a pas.

La lueur d’une bougie, la douceur d’un plaid, la chaleur du feu, ou la convivialité simple d’un pique-nique dans les bois, le bonheur de regarder la mer, la joie de regarder un feu d’artifice…voilà le hygge.

Devenir hygge adept

Enfilez de grandes chaussettes de laine, un gros pull bien chaud et un pantalon de survet’. Serrez une tasse de café ou de thé bien chaud entre vos mains. Dégustez sans aucun remords une bonne part de gâteau au chocolat. Eteignez smartphone et ordinateur, allumez des bougies aux senteurs suaves, prenez un bon bouquin et nichez-vous au cœur de ce gros canapé confortable au milieu des coussins.

Il fait gris dehors ? Il fait beau dedans, chez vous, vous êtes hygge !

Marie Janneau

—————————————————————

th (1)Ne tirez plus la chasse d’eau !

Et oui, tout se vend, même ça ! Dans le cadre d’une recherche spécifique sur la rectocolite hémorragique, l’hôpital Saint-Antoine à Paris recherchait des donneurs de matière fécale et s’engageait à rémunérer chacun d’entre eux à hauteur de 50 euros par don.

La transplantation de selles

Repérée sur une affiche de l’hôpital, et publiée sur le groupe Facebook « Wanted Community Paris », l’annonce a été confirmée sur France Info par l’hôpital qui a ajouté que le numéro de téléphone était surchargé.

Il faut préciser que la transplantation de microbiote fécal est reconnue « comme médicament par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ». Mais aucune banque de selles n’existe en France, contrairement aux États-Unis ou aux Pays-Bas.

Quelques semaines plus tard (fin novembre) submergé d’appels et de mails, l’établissement parisien a dû abandonner son étude. Il déplore la publication de l’annonce sur les réseaux sociaux.

Une étude sur une bactérie

Un organisme, l’association Openbiome est cependant prête à payer des échantillons de selles, afin de fabriquer des transplants de matière fécale pour soigner les patients infectés par le « Clostridium difficile », une bactérie qui est extrêmement résistante aux antibiotiques.

Aux Etats-Unis les infections de Clostridium provoquent des diarrhées sévères, causant 14 000 morts  et 250 000 hospitalisations par an. Cette bactérie a pour effet de détruire toute la flore intestinale du patient, et même les médicaments probiotiques les plus puissants ne sont pas suffisants pour rétablir l’équilibre.

Au lieu de transplanter directement les selles, une toute nouvelle méthode consiste à utiliser des capsules contenant de la matière fécale congelée, qui se décompose une fois arrivée dans l’intestin grêle.

OpenBiome sélectionne avec soin les candidats, qui doivent correspondre à plusieurs critères très strict en fonction des besoins. Age, taille, poids, mais aussi habitudes alimentaires…  Les donneurs doivent avoir une santé exemplaire et vivre très sainement.

L’institut teste et fournit ensuite ces échantillons d’excréments à 122 hôpitaux, dans 33 états différents.

Marie JANNEAU

___________________________________________________________________

Et si on se mettait au Lindy-Hop ?

123_RF_Swing_Lift_320x480_croppedÇa glisse, ça balance, ça chaloupe, en un mot ça swingue. Le  Lindy hop est une danse de rue qui s’est développée dans la communauté noire-américaine de Harlem (New York) vers la fin des années 20 et qui connaît aujourd’hui un beau succès.

Mélange de plusieurs danses provenant des quatre coins des États-Unis, principalement le charleston, le breakaway et le collegiate, le lindy hop utilise les mouvements improvisés des danses africaines sur le tempo des danses européennes. Le lindy hop est un mélange de danse en couple et séparée, venant de ses origines métissées.

Le lindy se rapproche du boogie-woogie avec un style très swingué.

Quelques principes du lindy hop

-La danse des voleurs : « si t’es seul, va prendre le ou la partenaire d’un autre danseur ». Le danseur dépossédé de sa partenaire va alors se rapprocher d’un autre couple et y subtiliser avec plus ou moins de finesse la cavalière.

La boule de neige ou « snow-ball » se fait sur une musique où 2 danseurs commencent à danser, et lorsque le speaker annonce « snow-ball », le couple se sépare et va inviter deux autres danseurs.

-La connexion : elle  permet au cavalier de faire effectuer à la cavalière diverses variations, modifications des pas de la danseuse ou de ses déplacements.

Pour apprendre le Lindy hop au pays basque

http://www.dansesandrine.com/cours-planning-danse-biarritz-bayonne

Tel :  06 22 91 04 85

 

apprendre_a_dire_non1

Je ne sais pas dire non !

Je suis incapable de dire non, et je me retrouve dans des situations compliquées, obligée d’annuler au dernier moment, et de trouver des excuses débiles auxquelles personnes ne croit.

Des amis m’invitent à dîner, je n’ai aucune envie d’y aller, je sens que ça va être rasoir, je dis « oui, avec plaisir » et la veille, j’annule par sms en prétextant un gros rhume.

J’accepte de faire une rando ou une partie de squash alors que je suis crevée, à 6h du matin, j’envoie un mail, migraine, clouée au lit.

J’ai promis de donner un coup de main pour un déménagement, je n’irai pas, et je le sais à la seconde où je m’engage.

Généreusement je propose d’amener quelqu’un en voiture, à peine dit je le regrette et je sais que je vais annuler.

Pourquoi, mais pourquoi dire oui quand on pense non ?

Les psys disent que ce sont les personnes introverties en mal de reconnaissance qui ne savent pas refuser. Je suis extravertie et je me fiche un peu de ce qu’on pense, alors ?

Ouf, les extravertis aussi ont ce défaut. Explication : « Certains n’osent pas dire « non » car ils n’ont pas envie de blesser l’autre en disant la vérité, alors qu’au fond, ils savent très bien qu’ils ne respecteront pas leur engagement ».

Ce que ça cache

Si on répond oui à tout le monde, c’est qu’on ne prend pas le temps, tout en les connaissant au fond de nous-même, d’analyser nos envies. Non seulement cela peut créer des conflits mais en ne fixant pas nos limites, on risque de se faire déborder, au travail par exemple (aucun recul possible plus tard) ou dans une relation personnelle où l’on aura vite le sentiment d’être manipulé.

Peur de déplaire, peur de devoir s’expliquer, peur d’être exclu ensuite, flemme de chercher une bonne raison, peur de blesser en étant trop sincère, le oui est tellement plus facile.

Comment faire ?

Pour les indécis ou les frileux, voici la meilleure technique : il faut éviter de répondre de manière précise. Rester vague, utiliser abondamment les « peut-être, je vais essayer, c’est possible, il faut que je voie mon agenda, que je demande  (à mon mari, ma mère, ma sœur..), je te rappelle…etc »

On peut aussi se donner du temps avant de donner une réponse. Prendre quelques minutes (voire quelques heures) de réflexion afin de ne pas répondre sous l’effet de la pression.
Montrer à la personne en face de vous que sa demande vous pose un léger problème.

Enfin, sans se justifier, fermement mais pas sèchement, on peut refuser, en proposant une alternative, « plus tard, la semaine prochaine, c’est moi qui te ferai signe.. etc…)

Dire non n’est pas un affront, mais relève du plaisir de s’offrir un espace de liberté.

Marie Janneau

____________________________________________________________________________________________

Et si on faisait du yoga tout nu ?

1484130302_443266_1484132776_noticia_normal yoga

On enlève le haut, et on enlève le bas…Non, vous n’avez pas trop chaud et non, vous ne faites pas une crise d’exhibitionnisme. Vous êtes dans la mouvance du « body positive », à la recherche d’une détente absolue et d’une harmonie sans nuage avec vous-même.

« Nude Yoga Girl » est le nom d’une modeuse qui a posté des photos d’elle nue en train de pratiquer le yoga. En suivant est apparu #NYGyoga, un hashtag qui a rapidement incité de nombreux autres internautes à faire de même.

En fait le yoga nu ne date pas d’hier. Il s’est également appelé naga yoga et son objectif est de réunir le corps et l’esprit à travers la méditation et la respiration. La pratique du yoga nu en Occident remonte aux années 1960 : le mouvement hippie alors en place en Californie s’est mis à pratiquer ce style de yoga, en accord avec la philosophie de liberté du corps qui était mise en avant pendant cette période.

Populaire au sein de la communauté gay, le yoga nu a été démocratisé par Aaron Star au début des années 2000 à New York.

Les professeurs de yoga nu jugent préférable de le pratiquer à l’air libre pour se sentir parfaitement en harmonie avec la nature. Les séances de groupe, qui peuvent être unisexes ou mixtes sont également à privilégier pour pouvoir nouer des contacts avec autrui.

Marie Janneau

____________________________________________________________________________________________

IMG_0752

Quelques instants de méditation face à la mer…reconnexion à soi…

l’infiniment bleu… 

********************************************************

Coup de Pouce

imagesSavez-vous que l’utilisation intensive du mobile nous fait un pouce plus gros ? C’est ce que nous apprend un rapport réalisé par l’entreprise de téléphonie O2 au Royaume-Uni qui a enquêté auprès de 2.000 personnes.

Nous passons en moyenne deux heures par jour sur notre smartphone. Conséquence : des évolutions sont apparues sur les doigts de la main. Le pouce qui travaille le plus peut devenir jusqu’à 15 % plus gros. Une personne sur huit (13 %) des 18-34 ans aurait développé cette difformité en tapotant sur son téléphone.

Heureusement que nous utilisons de plus en plus la reconnaissance vocale !

(Marie Janneau 28/08/18)

Le sans gluten serait néfaste pour la santé 

regime-sans-gluten1-mj1iiskaniwo1ox5u1q1d2zigajna66lqv4lb5l2i8L’intolérance au gluten, dont la cause est la maladie coeliaque (maladie chronique de l’intestin), touche 600 000 personnes en France.

Mais le sans-gluten est une « contagion » à la mode qui gagne du terrain chaque jour et remplit les étagères des grandes surfaces comme des magasins bio. Je ne compte plus le nombre de patient(e)s qui me confient manger sans gluten pour être moins ballonnées, maigrir, etc… Les ventes ont augmenté de 30 à 50% et les distributeurs (Carrefour, Auchan) sont rentrés dans la danse.

60 millions de Consommateurs nous met en garde: les pains sans gluten sont plus caloriques, contiennent plus de sucre. Les spaghettis sont plus pauvres en protéines, recèlent six fois plus de sel,  les additifs E464 et E330  sont bien présents dans les pâtes à tarte…

Selon certains nutritionnistes, un régime strict sans gluten entraîne de graves carences, des études américaines et anglaises parlent même de risque de diabète et de maladies cardiovasculaires.

(Marie Janneau 28/08/18)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s