Catégorie : L’air du temps

Maigrir avec la cryothérapie: attention aux effets secondaires

as_massages_cryotherapie_corps_entier_cabine_1_2

Depuis quelques années, la cryothérapie, ou thérapie par le froid, s’impose dans l’univers de la minceur promettant des pertes de centimètres incroyables. L’exposition au froid génère alors un choc thermique contrôlé qui pousse le corps à réagir : l’organisme consomme plus d’énergie, la circulation sanguine devient plus fluide et les muscles plus toniques. 

Soumis à des températures extrêmes qui peuvent descendre jusqu’à -160 voire -195°C, le corps brûle des calories. Les cellules graisseuses sont détruites par le froid et les toxines sont drainées. En institut, on explique que la cryothérapie permet surtout d’améliorer l’échange intercellulaire, ce qui fait mieux circuler le sang et donc permet d’éliminer graisses et toxines de l’organisme plus rapidement.

Certains praticiens utilisent également cette technique pour traiter le stress, les insomnies, les rhumatismes, ainsi que les douleurs musculaires et articulaires…

Des chercheurs de l’Inserm révèlent que non seulement les effets positifs de cette pratique ne sont pas réellement prouvés mais que la cryothérapie peut exposer à de graves effets indésirables. La cryothérapie corps entier pose de vrais problèmes de sécurité en raison des effets secondaires rapportés tels que des brûlures locales, des céphalées, un urticaire chronique au froid, ou des intolérances digestives…

MJ

Se mettre au vert le lundi, c’est tendance !

legumes-enfantsIsabelle Adjani et Juliette Binoche l’ont adopté, nous aussi. C’est quoi cette affaire ? Et bien les scientifiques l’assurent: il faut manger moins de viande et se mettre au vert. Trois bonne raisons de le faire: l’environnement, l’éthique animale et, pour les plus égoïstes, notre santé. 

Pour ceux qui aiment leur planète, il faut savoir que tous les produits animaux, et pas seulement le bœuf, ont beaucoup plus d’impacts écologiques néfastes que les produits végétaux. 

L’excès actuel de consommation de viande dans les pays développés entraîne des maladies telles que cancers, diabète de type 2, problèmes cardiovasculaires, augmentation de la résistance aux antibiotiques et élévation du risque épidémique.

Il n’est pas trop difficile de remplacer la viande et le poisson par des aliments d’origine végétale le lundi. Et cela permet de reconsidérer les habitudes alimentaires au début de chaque semaine.

Bernard Quiriny, écrivain belge, propose de faire un jour vert, pas forcément le lundi, jour déprimant par excellence. Et de dire avec une certaine ironie : « Entre les avions qu’ils ne prennent pas et les steaks qu’ils ne mangent plus, les pauvres sont des écolos de pointe…on ne les félicite pas assez » !

(Lundi-Vert.fr)

 

Et si on faisait des calins aux arbres ?

850_400_young-woman-hugging-a-tree_1491499697Cela fait des lustres que j’entends dire qu’il faut enlacer, embrasser, bichonner les arbres et que c’est bon pour notre santé…J’ai embrassé et cajolé mes trois albizias en leur demandant de rester dés que je voyais qu’ils avaient mauvaise mine, et l’un après l’autre, malgré mes efforts et ma tendresse, ils ont dépéri puis succombé, alors les calins aux arbres, moi, je suis un peu sceptique…

Et pourtant voici que la sylvothérapie ou Tree hugging redevient à la mode. Née dans les années 80 au Japon, cette thérapie par les arbres appelée «shinrinyoku» («bain de forêt» en japonais) fait couler beaucoup d’encre et de salive : des stages de sylvothérapie organisés par des «thérapeutes énergétiques», des coachs ou des guides fleurissent un peu partout dans l’Hexagone.

Les affirmations du Docteur Qing Li

Dans son livre  « Shinrin Yoku », L’art et la science du bain de forêt, paru chez First Editions le Docteur Qing Li, parle d’une «médecine de la forêt». Ce professeur à l’université de médecine de Tokyo affirme que les bains de forêt peuvent «renforcer le système immunitaire», «faire baisser la tension artérielle», «équilibrer le système nerveux» ou «diminuer le taux d’hormones du stress». 

Ce cher docteur, études perso à l’appui, va même jusqu ‘à prétendre que la sylvothérapie a des effets anticancer et fait baisser le taux des hormones de stress, cortisol et adrénaline.  Il assure que ces vertus sont attribuables aux phytoncides (molécules) sécrétés par les arbres.

En réalité

La sylvothérapie, (du latin silva qui signifie forêt), est connue depuis le XIXème siècle. A l’époque on aidait les personnes atteintes de maladies respiratoires en profitant des bienfaits de la forêt. 

Selon certaines études, enlacer ou s’adosser à un arbre permet de transmettre ses vertus. Chaque arbre a ses qualités propres : Le frêne est considéré comme l’arbre de la vie, le sorbier protège des influences négatives, le noisetier donne de la sagesse, le chêne procure la force…

Il est sûr que se promener en forêt pendant deux heures a un impact positif sur le système immunitaire et sur la pression artérielle. Les balades en forêt ne peuvent qu’être positives pour la santé et pour le bien-être.

Attention !

Tout un écosystème évolue sur l’écorce de ces végétaux. On y trouve des mousses et des lichens qui peuvent provoquer des démangeaisons. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a répertorié l’ensemble des allergènes qui peuvent se trouver sur les arbres. 

th (2)La frullania fait partie des mousses régulièrement présentes, elle provoque de fortes démangeaisons.

Des espèces animales se promènent  sur l’écorce comme les chenilles processionnaires qui se nourrissent des aiguilles de pin ou de cèdre. Elles sont allergènes et urticantes.

Il faut aussi faire attention aussi aux tiques, responsables de la maladie de Lyme. 

(Sources : sante.lefigaro.fr/ http://www.santenaturellemag.com/ http://www.pourquoidocteur.fr)

Avez-vous déjà coupé un ver de terre en deux ? Les mystères de la régénération.

A crazy old man cuts his grass with a pair of scissors.Depuis toujours j’entends dire que le ver de terre, ce truc rouge dégoutant qui se tortille, repousse si on le coupe en deux, comme ça, crac, avec un sécateur au jardin par exemple.

L’expérience est cruelle, je l’ai faite. Les 2 morceaux continuaient à remuer, et c’était tellement affreux que je suis partie.

En fait, je sais maintenant que la partie la plus longue a dû repousser de façon à reconstruire un ver de terre entier et que le lombric (son vrai nom) ne gardera aucune séquelle de son accident.  La partie courte est morte.

La régénération du ver de terre 

Le corps du ver de terre est fait d’anneaux successifs qui permettent à l’organisme de ramper. Tous les segments sont pratiquement semblables, à l’exception du premier, le « prostomium », qui porte la bouche, et le dernier, le « pygidium » qui porte l’anus.

Le ver de terre est un invertébré, il n’y a donc pas d’os cassés lorsqu’on le coupe en deux. De plus ses organes sont regroupés près de la tête. Pour garder l’animal en vie, il faut donc lui laisser de sa tête jusqu’à son « clitellum ». Le clitellum étant un anneau rose assez visible sur les vers de terre.

On ne distinguera aucune cicatrice car celle-ci est la preuve d’une désorganisation des cellules reconstruites, or les cellules du lombric se régénèrent complètement et de façon organisée pour reformer les membres coupés.

La capacité du ver de terre à  repousser est appelée la régénération. Il n’est pas le seul à pouvoir le faire : les mollusques, crustacés, insectes, tritons, têtards et lézards peuvent aussi reconstruire leurs organes amputés. Certains animaux encore plus petits comme l’hydre d’eau douce sont même capables de produire deux hydres quand ils sont sectionnés !

Pourquoi parler d’un ver de terre ?

Très franchement, c’est sans grand intérêt au premier abord. Mais le phénomène de régénération intéresse beaucoup les instituts pharmaceutiques, les médecins et les neuro-scientifiques.

D’une part pour la régénération des cellules de la peau, d’autre part pour la capacité à recréer un organe entièrement, car il n’y aurait plus alors de prothèses, ni de problème de rejet de greffe, ou même de cicatrices …

Ces animaux incroyables

poisson zebre (1)-Le petit poisson-zèbre est un « objet » d’études pour les biologistes. Comme ses nageoires et sa rétine, son coeur, lui aussi, peut se régénérer. Amputé de 20 %, il recouvre en deux mois sa forme initiale et sa fonction, car les cellules cardiaques se mettent à proliférer à la périphérie de la blessure et reconstruisent l’organe.

-L’Axolotl est un amphibien originaire du Mexique. L’Axolotl veut dire « chien d’eau » en nahuatl (langue parlée par les Aztèques).

Une des particularités de l’axolotl est sa capacité à régénérer des organes endommagés ou détruits. Il est non seulement capable de reconstituer par exemple un œil manquant, mais il peut aussi recréer certaines parties de son cerveau si elles ont été détruites. Sa tolérance aux greffes est également exceptionnelle. 

poisson zebre (2)-La salamandre peut régénérer ses membres, son cœur, sa queue, ses yeux, ses reins, son cerveau et sa moelle épinière pendant toute sa vie.

-La grenouille peut régénérer les membres, la queue, le cerveau et les yeux, au stade du têtard mais pas au stade adulte. 

Et les hommes ?

Certaines parties de notre corps ont la capacité de s’auto-réparer de manière efficace après avoir subi des dommages. À l’âge adulte, l’être humain peut régénérer certains organes comme le foie. Si une partie du foie est détruite à cause d’une maladie ou d’une lésion, le foie se régénère et retrouve sa taille initiale, mais pas sa forme.

Notre peau, elle, est constamment renouvelée et réparée. Aujourd’hui, un des objectifs de la médecine régénérative est de trouver des moyens de stimuler la régénération tissulaire ou de fabriquer des tissus de remplacement.

Les salamandres et les grenouilles utilisent des cellules souches tissulaires semblables aux nôtres. Pourquoi ces animaux sont-ils capables de régénérer complètement un membre alors que nous formons des cicatrices ?

Les recherches indiquent que les animaux dotés de ces capacités de régénération conservent une sorte de carte à l’intérieur de leurs tissus adultes qui signale aux cellules dans quel tissu elles se trouvent et ce qu’elles sont.

Les mammifères ont peut-être perdu des parties de cette carte, ou leurs cellules souches ont perdu la capacité de la lire.

Les recherches actuelles

Les chercheurs espèrent découvrir quelles informations sont absentes ou inactivées chez les mammifères. Est-il possible de récupérer ces informations pour stimuler les capacités régénératives des cellules souches à des fins d’applications médicales ?

Les cellules souches des animaux tels la salamandre ou le poisson zèbre utilisent des stratégies variées pour reconstituer les parties du corps manquantes à partir de multiples tissus, tels que les muscles, les nerfs et la peau. Si nous arrivons à comprendre les mécanismes et les molécules que ces animaux utilisent pour renouveler les tissus adultes, pourrons-nous appliquer ces enseignements à la régénération ou à la modification de tissus humains ?

(sources : www.eurostemcell.org / http://www.quebecscience.qc.ca)

 

 

 

 

 

Extension des cils : attention aux risques

extension-cilsAvez-vous remarqué, jalousé, admiré ces yeux aux cils épais, fournis, longs, recourbés, d’un noir intense ? Il  s’agit d’une extension permanente, technique facile à faire réaliser et qui va changer le regard, le vôtre et celui des autres.

La plupart des extensions de cils sont faites de vison synthétique, en polyester. Vous pouvez choisir le vison authentique, récolté par brossage de l’animal, qui ressemble aux cils et donne une sensation naturelle, mais il est plus cher et ne dure pas aussi longtemps que les extensions synthétiques. Les cils polis, appelés ainsi en raison de leur éclat noir, sont les moins naturels.

Attention, danger !

La colle utilisée pour poser les extensions de cils peut provoquer des irritations oculaires. Fabriquée à base de cyanoacrylate, elle est similaire à un adhésif chirurgical et tout contact direct avec les yeux doit être évité. C’est pour cela que les esthéticiennes et instituts spécialisés prennent soin de recouvrir complètement les yeux avec des patchs et scotchs pendant la pose des extensions de cils.

Mais cette colle dite « waterproof » ne sèche qu’au bout de 48H et peut couler dans les yeux. Les personnes aux yeux sensibles risquent de ressentir des picotements au cours des premiers jours.

Les problèmes causés par la colle peuvent aller de la simple irritation de la peau (dermatite), à l’inflammation plus grave au niveau des paupières (blépharite allergique), en passant par des infections pouvant affecter le blanc de l’œil et la cornée (conjonctivite et kérato-conjonctivite).

Il faut faire preuve de vigilance et être conscient des risques possibles.

Quelques précautions à prendre 

-se renseigner sur l’institut dans lequel on souhaite faire poser une extension et  sur la compétence de la personne qui pratique l’allongement des cils.

-vérifier que les produits utilisés sont hypoallergéniques et les instruments stérilisés.

-éviter de poser des extensions quand on  porte des lentilles, car il y a des risques d’irritation et d’inflammation.

-éviter d’en poser quand  on souffre d’une infection à l’œil ou si l’on vient de subir une chirurgie aux yeux. 

Et l’extension des sourcils ?

Des sourcils trop fins ou raréfiés (ce qui arrive souvent après la ménopause) déséquilibrent le visage car le regard a besoin d’être « encadré ». La technique de l’extension de sourcils repose sur le fait que l’on applique une extension sur un poil déjà existant afin de l’allonger, de l’étoffer, ou de combler un écart.

La couleur et la taille des poils doivent être identiques à celles du poil naturel afin d’obtenir un résultat beaucoup plus naturel.

Les extensions sont collées avec une colle spéciale. L’esthéticienne va ensuite tailler les poils afin que les sourcils soient parfaitement harmonieux. Cela dure en moyenne deux semaines et demande le même entretien que les extensions de cils. Il convient d’éviter les saunas, et les démaquillants à base d’huile.

Marie Janneau

 

Comment se rendre sympathique

recrutementchoisirCertaines personnes possèdent un magnétisme particulier. Leur entourage se sent attiré par eux, souhaite attirer leur attention, et même gagner leur amitié. Nous avons tous un jour admiré le sourire de quelqu’un, son comportement, sa façon d’écouter, son calme…

Pour devenir charismatique, il faut d’abord avoir confiance en soi. Se sentir libre,  ne compter que sur soi-même, être capable de transmettre des idées aux autres, être convaincant.

Etre sympathique c’est s’intéresser aux autres, communiquer. Pouvoir parler à une personne dans le bus, le train ou dans une file d’attente à la pharmacie.

Voici quelques façons simples de se rendre plus « aimable ».

Sourire

Une étude a prouvé que l’on se souvient plus facilement des visages souriants aperçus dans la rue. Alors sourions. Pas la peine de se décrocher la mâchoire, il faut juste penser à sourire naturellement à des gens que nous connaissons, mais aussi, pourquoi pas, à des inconnus que l’on croise.

Regarder les autres

Pianoter sur son téléphone, baisser la tête sur un livre, fixer un écran d’ordinateur ou de tablette, ça y est: on va penser que vous êtes très occupé, ou très timide ou que vous avez autre chose à faire que de parler aux autres.

Si vous regardez devant vous, l’air ouvert, vous serez surpris de voir combien de personnes penseront que vous êtes sympathique et avec quelle rapidité ils viendront vers vous.

Poser des questions

Il est important de montrer un réel intérêt pour les autres. Si vous voulez être sympathique, il faut poser de simples questions aux autres et leur montrer que cela vous intéresse. Attention à ne pas demander des détails trop personnels pour ne pas les heurter.

Savoir écouter

Notre premier réflexe est de parler d’abord, et parfois même de couper la parole.
Si nous passons la plupart de notre temps à parler, comment pouvons-nous apprendre quelque chose ?
Une des meilleures façons d’être considéré comme plus sympathique est d’être un bon auditeur. A vous de faire preuve d’une réelle empathie.

Utiliser les prénoms

Si vous utilisez le prénom des gens, vous montrez qu’ils ont une importance pour vous. Vous ne devez pas en abuser et attendre de les connaître un peu.  Le prénom est le principal signe de reconnaissance acquis à la naissance.

Aux États Unis, le prénom est qualifié de « First Name » autrement dit premier nom, avant le nom de famille. Quand on vous appelle par votre prénom, c’est une forme de reconnaissance et la reconnaissance est une émotion positive.

Marie Janneau, 7 rue de Gramont 64000 Bayonne

T: 05 59 59 40 76

Votre vernis à ongles en dit long sur vous

Vernis-semi-permanent-comment-choisir-le-bon-vernis-a-ongles_width1024Foncées en hiver, souvent flashy en été, les couleurs que nous portons révèlent notre personnalité, à nous la liberté ou cette façon inattendue d’envoyer des messages codés !

Rose

C’est la couleur des fifilles, rigolotes, charmeuses mais toujours avec ce côté femme-enfant, si séduisant.

Rouge vif

Attention, danger. Passion, jalousie, sensualité, le rouge s’affirme sur les ongles de celles qui ont de l’audace et qui se sentent sûres d’elles. De vraies femmes.

Fuschia

Insouciance, gaieté et un brin de nostalgie : n’est-ce pas le vernis que vous mettiez avec les talons aiguille de votre maman quand vous aviez dix ans ?

Blanc

La jeune fille en fleur en principe. Mais le blanc doit être parfait, sinon il pourrait devenir un brin vulgaire. Il signale cependant très souvent des personnes calmes, et douces.

Noir

Elégante et sexy, vous n’êtes pas du genre à vous laisser faire. Pas forcément punk, mais libre et imaginative, votre personnalité est affirmée.

Violet

Ambitieuse, un peu farfelue, vous adorez surprendre. On aime ou pas.

Bleu

Confiance, stabilité, droiture, le bleu est le symbole de l’amitié, des relations sans problème.

Doré

Vous êtes une battante, combative et déterminée à être meilleure que les autres. L’important, c’est de briller.

 

 

 

 

 

 

Sommes-nous obsédés par la météo ?

pourquoi-caen-va-remplacer-cherbourg-dans-la-meteo-d-evelyne-dheliatS’il pleut, on soupire, on se plaint, on a des douleurs là ou là, on évoque l’humidité qui attaque nos articulations et nos maisons,  la tristesse de ce ciel gris.

S’il fait beau, mais un peu chaud, ça ne va pas non plus, mal de tête, insomnie, trop de soleil, qui, du reste, n’est plus ce qu’il était, et le jardin est fichu.

Sans parler de l’hiver qui, lui, nous rend carrément grognons…

La météo est devenue une obsession moderne. Cela commence comme un jeu : on prend son téléphone portable pour aller sur internet. Puis, devant la télé, télécommande à la main, on traque les détails : ce fichu anticyclone qui stagne comme un gros oedème, ah, il fait chaud en Corse, bon il pleut en Bretagne, tiens canicule à Bordeaux…vent, pluie, soleil, nous sommes tous scotchés devant la télé.

Pas suffisant ? Allez, un petit tour sur Google et tous les sites de météo nous offrent un menu détaillé sur 12 jours. On en veut encore : branchons-nous sur Europe n°1 par exemple pour savoir si la chaleur sera « accablante », le vent « modéré » ou le ciel « couvert ».

L’obsession du climat est à la hausse. On parle de la pluie et du beau temps partout et constamment.  Le temps qu’il fait est une passion partagée qui anime autant celui qui est sur le point de partir que celui qui reste chez lui mais a besoin de savoir quelles chaussures il doit mettre.

Et oui, aujourd’hui le temps est l’un de nos sujets de conversation favoris, ce qui n’a rien d’étonnant quand on connaît son influence sur notre humeur, sur la façon que l’on a de s’habiller et sur nos loisirs bien sûr.