Attention à l’insolation !

44da4165623d8c066212e2192251bfa6L’insolation est compliquée à soigner car elle ne se manifeste pas au moment même de l’exposition au soleil, mais plus tard. En fait, le plus souvent, les symptômes de l’insolation n’apparaissent que quelques heures, voire un ou deux jours après l’exposition.

Comment cela se passe

L’organisme est doté de mécanismes permettant de contrôler la température interne en la maintenant autour de 37°C. L’hypothalamus, petite glande située dans le cerveau, gère la stabilité de la température corporelle, la sueur et la sensation de soif. En cas  d’exposition à des chaleurs intenses durant une trop longue période, les mécanismes de compensation sont dépassés. Une augmentation de la température du corps apparaît alors, appelée hyperthermie, à l’origine de l’insolation.

Les symptômes

La température peut monter à 39/40+° et au-delà, on se met à transpirer, parfois à grelotter, le malaise arrive avec des vertiges et des nausées. Il est souvent accompagné de maux de tête, de douleurs diffuses, de crampes musculaires. En même temps le rythme cardiaque peut s’accélérer avec une forte sensation d’oppression. Dans les cas extrêmes, des signes neurologiques peuvent apparaître : c’est un signe précurseur d’hyperthermie maligne et donc une urgence médicale.

Traitements et prévention

Il faut s’allonger à l’ombre, se mouiller la tête et les bras, boire de l’eau afin de faire baisser la température corporelle.

On peut prendre du paracétamol pour calmer les maux de tête.

-Si l’on se sent agité mais que l’on ne transpire pas, il convient de prendre Aconitum napellus 15 CH, à raison de 5 granules toutes les heures jusqu’à apaisement.

-Si l’on ressent des maux de tête, et de la fièvre, prendre 5 granules de Belladona 15 CH toutes les heures.

-Si l’on a plutôt froid et qu’on est fatigué, prendre 5 granules de Natrum Carbonicum 9 CH toutes les heures.

-Si l’on ressent une chaleur intense, prendre 5 granules d´Apis Mellifica 5 CH toutes les heures.

Dans tous les cas, et surtout si on a été victime de ce coup de chaleur, il faut:

-éviter de s’exposer longtemps au soleil aux heures les plus chaudes.

-se protéger du soleil en portant un chapeau.

-s’hydrater très régulièrement, même si l’on n’a pas soif.

-se mettre dans un endroit frais dès que l’on ressent une forte sensation de chaleur corporelle.

MJ

 

 

Comment avoir une mémoire d’éléphant

8501835Ne pas boire, ne pas fumer, bien s’alimenter, faire du sport et bien dormir, voici les recettes de rêve, usées et peu efficaces que l’on peut lire un peu partout.

Certains ont une mémoire étonnante, prodigieuse, et ce dès l’enfance. D’autres ont une mémoire de poisson rouge, selon l’expression consacrée et idiote car les poissons rouges ou jaunes ont une bonne mémoire (6 mois selon certaines expériences menées par des scientifiques israéliens).

Encoder des informations passées, les stocker, les trier, récupérer le données, notre mémoire travaille sans cesse. Nos mémoires, car nous en avons plusieurs, indissociables.

Nos mémoires

1)Les mémoires déclaratives

Elles concernent des souvenirs et le stockage d’informations accessibles à notre conscience. Il y en a 2, la mémoire épisodique (qui reconstruit un souvenir, un moment d’émotion, une fête, des vacances…) et la mémoire sémantique (qui stocke nos connaissances, notre date de naissance mais aussi l’année de la mort de Lady Di…)

2)Les mémoires non-déclaratives

-La mémoire procédurale est motrice et automatisée : on conduit une voiture, on fait du vélo, on joue du piano…on récite des tables de multiplication…

-La mémoire perceptive permet de retenir des images, des sons… de manière naturelle et automatique, sans s’en rendre compte. Ainsi on connaît le chemin pour aller au travail, on se souvient des visages, des voix.

-La mémoire à court terme ou mémoire de travail dure très peu, environ 45 secondes maximum. Elle sert par exemple à se souvenir d’un numéro de téléphone, ou d’une adresse avant de les noter.

 Quelques infos pour améliorer sa mémoire

-Lire à voix haute

C’est la meilleure façon de mémoriser une information. Des chercheurs de l’Université de Waterloo viennent de révéler que le fait d’énoncer à haute voix permet de faire appel à un double processus : à la fois visuel et auditif  avec la lecture et le son de la voix. Ces deux modalités permettent de renforcer ce que l’on doit retenir pour mieux le garder en tête. 

-Répéter

En apprenant un nouveau cours un étudiant n’en retient le lendemain que 25%. Mais en réapprenant ce cours il y ajoute 25% de mémoire en plus. D’où l’intérêt d’empiler les couches sur le gâteau de la mémoire en répétant les informations.

-Associer

Systématiquement un mot à une image, à une forme ou à une couleur. C’est une façon de se construire une sorte de théâtre intérieur précis qui rend la mémoire indélébile.

-Faire la cuisine

Cette activité enrichit la mémoire en faisant travailler le cerveau : on fait travailler le lobe frontal du cerveau puisqu’il faut programmer les activités les unes après les autres pour qu’elles s’enchaînent. Situé en avant du crâne, ce lobe s’occupe des comportements, et de la motricité.

En cuisine, on est dans une extrême attention au goût, aux odeurs…ce qui fait travailler le lobe temporal qui lui, traite les informations du goût, de l’audition et de l’olfaction avec l’hippocampe. C’est là que sont conservés les souvenirs liés aux odeurs.

-Jardiner ou…chanter

Pour améliorer ses capacités d’attention, il faut adopter des activités relaxantes comme la méditation, le yoga… mais aussi le jardinage, les travaux manuels, la marche, la danse, le chant… 

Quelques plantes

Guarana, ginkgo biloba, bacopa, sauge, rhodiola rosea, ginseng, thé vert… Grâce à leurs principes actifs, ces plantes peuvent être de bonnes alliées.

Savez-vous que le romarin peut aussi favoriser l’apprentissage ? en effet, cette plante protège les cellules du cerveau, aurait un effet antioxydant, un effet stimulant des capacités cérébrales, et des capacités de mémoire.

Pour ma part, je conseille le Bacopa, plante indienne qui s’épanouit dans les zones marécageuses. Dans la médecine traditionnelle, les indiens se servaient des feuilles du Bacopa pour traiter des cas pathologiques liés aux troubles de l’attention, de l’anxiété, aux problèmes neurologiques et à tout ce qui se rapportait au cerveau et son fonctionnement. 

Des expériences scientifiques ayant eu lieu notamment en Australie ont prouvé que la consommation de cette plante sur trois semaines a pour conséquence d’augmenter le niveau de concentration de l’individu ainsi que la vitesse à laquelle il traite les informations reçues par son cerveau. 

Le Bacopa un véritable accélérateur de neurones qui booste la mémoire. Je recommande de prendre 2 gélules par jour, le matin, pendant un mois et de renouveler la cure deux fois par an.

La pluie nous fait du bien !

21b9762676e6e599646dd9db5eb75836Il pleut, il pleut bergère. Impossible de se balader, de randonner, de courir sur les trottoirs, de faire les soldes, c’est d’un triste ! Arrêtons de nous plaindre et de larmoyer, il y a assez d’eau comme ça.  En fait, la pluie nous fait du bien. 

Elle est riche en ions négatifs

Même si leur nom n’est pas très engageant, ces ions négatifs sont connus pour nous aider à lutter contre certaines maladies respiratoires (comme l’asthme) et la fatigue chronique car ils participent au renouvellement de l’air. 

Marcher sous la pluie

Voilà qui peut contribuer à la libération de nos auto-pollutions négatives. Dans cette pulsion originale, on peut détecter un désir de nettoyage psychologique. Le corps échauffé sous l’effet d’une action physique transpire et élimine les toxines. La pluie achève de façon bénéfique ce travail lié à une recherche d’équilibre en y ajoutant un mécanisme purificateur,

Se faire masser sous la pluie

En cabine de soins ! On s’allonge tout nu dans une position de détente. Des douches d’eau de pluie, chauffée à 37°, sont projetées sur le corps par les mains expertes d’une spécialiste qui connaît le système sanguin et lymphatique. Ce massage « sous affusion » est excellent pour effacer stress et anxiété. Il se pratique dans des centres de thalassothérapie. 

Ecouter la pluie tomber

Avez-vous compté le nombre de chansons, de cd ou de sites qui proposent d’écouter de la pluie en continu ?  Ce bruit monotone et régulier focalise l’attention, berce l’esprit, à la manière des vagues sur la grève. Non, le temps n’est pas pourri ou exécrable, la pluie la  calme et libère. Le bruit des gouttes contre les carreaux alors que nous sommes bien au chaud, l’arc en ciel majestueux quand la pluie laisse sa place au soleil…

(sources: signesetsens.com/ spaetc.fr)

Se mettre au vert le lundi, c’est tendance !

legumes-enfantsIsabelle Adjani et Juliette Binoche l’ont adopté, nous aussi. C’est quoi cette affaire ? Et bien les scientifiques l’assurent: il faut manger moins de viande et se mettre au vert. Trois bonne raisons de le faire: l’environnement, l’éthique animale et, pour les plus égoïstes, notre santé. 

Pour ceux qui aiment leur planète, il faut savoir que tous les produits animaux, et pas seulement le bœuf, ont beaucoup plus d’impacts écologiques néfastes que les produits végétaux. 

L’excès actuel de consommation de viande dans les pays développés entraîne des maladies telles que cancers, diabète de type 2, problèmes cardiovasculaires, augmentation de la résistance aux antibiotiques et élévation du risque épidémique.

Il n’est pas trop difficile de remplacer la viande et le poisson par des aliments d’origine végétale le lundi. Et cela permet de reconsidérer les habitudes alimentaires au début de chaque semaine.

Bernard Quiriny, écrivain belge, propose de faire un jour vert, pas forcément le lundi, jour déprimant par excellence. Et de dire avec une certaine ironie : « Entre les avions qu’ils ne prennent pas et les steaks qu’ils ne mangent plus, les pauvres sont des écolos de pointe…on ne les félicite pas assez » !

(Lundi-Vert.fr)

 

Coke ou crack ? Ça passe, et puis ça casse !

240_f_134292335_78szz4deulmabvfcqf4l6rynbnc0xg8uAu début il y a le hasch et la marijuana. C’est encore gentil. Babas, bobos, tout le monde fume. Planer en soirée, être cool au travail, mieux dormir, chacun y va de son argument et chacun se targue de pouvoir arrêter en suivant.

Les effets s’atténuent, malgré une fréquence et des quantités en augmentation. Alors on passe à la coke, « la blanche », adorée par les fêtards en tous genres. Et ça s’enchaîne, soirées de dingues, musique, défonce pour riches et beaufs.

C’est facile, l’Espagne est à côté, supermarché des drogues en tous genres…

La grande illusion

L’euphorie et le sentiment de toute puissance sont des effets constants. Sniffée c’est la fameuse « ligne de coke » :  « ça fout la pêche, ça rend confiant, ça donne la tchatche »..

Injectée par voie intraveineuse, la cocaïne provoque une euphorie immédiate, un sentiment de toute-puissance intellectuelle et physique et une indifférence à la douleur et à la fatigue. C’est le flash, la montée, avec battements de cœur, perte d’équilibre…Mais le fait de lever les inhibitions peut conduire à des actes de violence, des agressions sexuelles, des dépenses compulsives. 

La cocaïne est un narcotique, comme les opiacés, la morphine, la méthadone, et le cannabis…

Elle est souvent frelatée, coupée avec des anesthésiques, de la lactose, des médicaments, de la caféine ou des amphétamines.

drogue-crackAvec le crack ou free base, les effets sont plus rapides, plus intenses, violents mais aussi plus brefs. C’est un caillou, mix de cocaïne, de bicarbonate de soude et d’ammoniaque. Il est chauffé et fumé. C’est la forme la plus puissante du produit puisqu’il est composé de 70% à 100% de cocaïne pure (contre 20 à 30 % pour la cocaïne dite « traditionnelle »). Il est donc la forme la plus dangereuse de la cocaïne.

Le crack atteint plus vite le cerveau et crée un état de défonce intense et immédiat, qui dure 15mn environ. L’accoutumance va se développer bien plus rapidement si la substance est fumée plutôt que sniffée et le consommateur peut devenir accro dès la première prise.

Les risques immédiats avec la cocaïne

Quelles que soient la quantité prise et la fréquence de consommation, la cocaïne augmente les risques de crise cardiaque, d’apoplexie, d’attaques ou d’insuffisance respiratoire.

Mais, dés la descente (très brutale avec le crack), il y a des troubles digestifs, des vomissements, des tremblements, des spasmes musculaires et des saignements de nez.

Sans oublier  la sensation de fatigue, le sentiment dépressif, la paranoïa.

A court terme

L’usage répété de cocaïne peut provoquer des insomnies, une instabilité d’humeur voire des troubles psychiques (hallucinations, anxiété chronique), des tics nerveux, des amnésies, des crises d’épilepsie, de panique…

La consommation de cocaïne peut freiner l’éjaculation, provoquer une impuissance passagère, diminuer la production de spermatozoïdes.
Chez les femmes, la cocaïne, comme d’autres produits psycho-actifs, peut provoquer un assèchement des muqueuses génitales, perturber le cycle menstruel, altérer l’efficacité de la pilule contraceptive.
La consommation de cocaïne peut provoquer des troubles des rythmes cardiaque et respiratoire. C’est un produit neurotoxique et hépato-toxique.

A moyen terme

Elle engendre une dépendance psychologique et physique qui s’installe bien souvent avant que l’usager ne s’en rende compte.

La dépendance psychique est par contre extrêmement forte. On parle de « craving » (le fait d’avoir, après une prise, l’envie incontrôlable de consommer à nouveau). Ce phénomène concerne particulièrement les personnes inhalant la fumée du crack ou de cocaïne base.

L’accoutumance à la cocaïne est très importante, une consommation régulière se traduira donc le plus souvent par une augmentation importante des doses consommées.

Épuisement, dépression grave, troubles psychiatriques, troubles de l’alimentation et du sommeil, perforations de la cloison nasale…la liste est longue !

Les dangers du crack

Du fait de sa plus grande teneur en produit brut, il provoque des effets et des dangers similaires à la cocaïne mais de manière plus immédiate, plus violente et plus rapide. L’état dépressif qui lui succède est encore plus poussé.

La descente est rude : des crises d’hallucinations, comportements violents, pensées suicidaires et crises de paranoïa, suivis d’un mal être constant…

Un usage régulier provoque des dommages rapides et irréversibles sur le cerveau, un état de fatigue intense, une dégradation des voies respiratoires, pouvant être suivie d’un arrêt cardiaque ou respiratoire.

Quelques adresses pour en savoir plus si on veut s’en sortir

-Drogues, alcool, tabac info service : faire le 113

-Fil Santé Jeunes : 0 800 235 236

-sos-addictions.org

 

Et si on faisait des calins aux arbres ?

850_400_young-woman-hugging-a-tree_1491499697Cela fait des lustres que j’entends dire qu’il faut enlacer, embrasser, bichonner les arbres et que c’est bon pour notre santé…J’ai embrassé et cajolé mes trois albizias en leur demandant de rester dés que je voyais qu’ils avaient mauvaise mine, et l’un après l’autre, malgré mes efforts et ma tendresse, ils ont dépéri puis succombé, alors les calins aux arbres, moi, je suis un peu sceptique…

Et pourtant voici que la sylvothérapie ou Tree hugging redevient à la mode. Née dans les années 80 au Japon, cette thérapie par les arbres appelée «shinrinyoku» («bain de forêt» en japonais) fait couler beaucoup d’encre et de salive : des stages de sylvothérapie organisés par des «thérapeutes énergétiques», des coachs ou des guides fleurissent un peu partout dans l’Hexagone.

Les affirmations du Docteur Qing Li

Dans son livre  « Shinrin Yoku », L’art et la science du bain de forêt, paru chez First Editions le Docteur Qing Li, parle d’une «médecine de la forêt». Ce professeur à l’université de médecine de Tokyo affirme que les bains de forêt peuvent «renforcer le système immunitaire», «faire baisser la tension artérielle», «équilibrer le système nerveux» ou «diminuer le taux d’hormones du stress». 

Ce cher docteur, études perso à l’appui, va même jusqu ‘à prétendre que la sylvothérapie a des effets anticancer et fait baisser le taux des hormones de stress, cortisol et adrénaline.  Il assure que ces vertus sont attribuables aux phytoncides (molécules) sécrétés par les arbres.

En réalité

La sylvothérapie, (du latin silva qui signifie forêt), est connue depuis le XIXème siècle. A l’époque on aidait les personnes atteintes de maladies respiratoires en profitant des bienfaits de la forêt. 

Selon certaines études, enlacer ou s’adosser à un arbre permet de transmettre ses vertus. Chaque arbre a ses qualités propres : Le frêne est considéré comme l’arbre de la vie, le sorbier protège des influences négatives, le noisetier donne de la sagesse, le chêne procure la force…

Il est sûr que se promener en forêt pendant deux heures a un impact positif sur le système immunitaire et sur la pression artérielle. Les balades en forêt ne peuvent qu’être positives pour la santé et pour le bien-être.

Attention !

Tout un écosystème évolue sur l’écorce de ces végétaux. On y trouve des mousses et des lichens qui peuvent provoquer des démangeaisons. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a répertorié l’ensemble des allergènes qui peuvent se trouver sur les arbres. 

th (2)La frullania fait partie des mousses régulièrement présentes, elle provoque de fortes démangeaisons.

Des espèces animales se promènent  sur l’écorce comme les chenilles processionnaires qui se nourrissent des aiguilles de pin ou de cèdre. Elles sont allergènes et urticantes.

Il faut aussi faire attention aussi aux tiques, responsables de la maladie de Lyme. 

(Sources : sante.lefigaro.fr/ http://www.santenaturellemag.com/ http://www.pourquoidocteur.fr)

Avez-vous déjà coupé un ver de terre en deux ? Les mystères de la régénération.

A crazy old man cuts his grass with a pair of scissors.Depuis toujours j’entends dire que le ver de terre, ce truc rouge dégoutant qui se tortille, repousse si on le coupe en deux, comme ça, crac, avec un sécateur au jardin par exemple.

L’expérience est cruelle, je l’ai faite. Les 2 morceaux continuaient à remuer, et c’était tellement affreux que je suis partie.

En fait, je sais maintenant que la partie la plus longue a dû repousser de façon à reconstruire un ver de terre entier et que le lombric (son vrai nom) ne gardera aucune séquelle de son accident.  La partie courte est morte.

La régénération du ver de terre 

Le corps du ver de terre est fait d’anneaux successifs qui permettent à l’organisme de ramper. Tous les segments sont pratiquement semblables, à l’exception du premier, le « prostomium », qui porte la bouche, et le dernier, le « pygidium » qui porte l’anus.

Le ver de terre est un invertébré, il n’y a donc pas d’os cassés lorsqu’on le coupe en deux. De plus ses organes sont regroupés près de la tête. Pour garder l’animal en vie, il faut donc lui laisser de sa tête jusqu’à son « clitellum ». Le clitellum étant un anneau rose assez visible sur les vers de terre.

On ne distinguera aucune cicatrice car celle-ci est la preuve d’une désorganisation des cellules reconstruites, or les cellules du lombric se régénèrent complètement et de façon organisée pour reformer les membres coupés.

La capacité du ver de terre à  repousser est appelée la régénération. Il n’est pas le seul à pouvoir le faire : les mollusques, crustacés, insectes, tritons, têtards et lézards peuvent aussi reconstruire leurs organes amputés. Certains animaux encore plus petits comme l’hydre d’eau douce sont même capables de produire deux hydres quand ils sont sectionnés !

Pourquoi parler d’un ver de terre ?

Très franchement, c’est sans grand intérêt au premier abord. Mais le phénomène de régénération intéresse beaucoup les instituts pharmaceutiques, les médecins et les neuro-scientifiques.

D’une part pour la régénération des cellules de la peau, d’autre part pour la capacité à recréer un organe entièrement, car il n’y aurait plus alors de prothèses, ni de problème de rejet de greffe, ou même de cicatrices …

Ces animaux incroyables

poisson zebre (1)-Le petit poisson-zèbre est un « objet » d’études pour les biologistes. Comme ses nageoires et sa rétine, son coeur, lui aussi, peut se régénérer. Amputé de 20 %, il recouvre en deux mois sa forme initiale et sa fonction, car les cellules cardiaques se mettent à proliférer à la périphérie de la blessure et reconstruisent l’organe.

-L’Axolotl est un amphibien originaire du Mexique. L’Axolotl veut dire « chien d’eau » en nahuatl (langue parlée par les Aztèques).

Une des particularités de l’axolotl est sa capacité à régénérer des organes endommagés ou détruits. Il est non seulement capable de reconstituer par exemple un œil manquant, mais il peut aussi recréer certaines parties de son cerveau si elles ont été détruites. Sa tolérance aux greffes est également exceptionnelle. 

poisson zebre (2)-La salamandre peut régénérer ses membres, son cœur, sa queue, ses yeux, ses reins, son cerveau et sa moelle épinière pendant toute sa vie.

-La grenouille peut régénérer les membres, la queue, le cerveau et les yeux, au stade du têtard mais pas au stade adulte. 

Et les hommes ?

Certaines parties de notre corps ont la capacité de s’auto-réparer de manière efficace après avoir subi des dommages. À l’âge adulte, l’être humain peut régénérer certains organes comme le foie. Si une partie du foie est détruite à cause d’une maladie ou d’une lésion, le foie se régénère et retrouve sa taille initiale, mais pas sa forme.

Notre peau, elle, est constamment renouvelée et réparée. Aujourd’hui, un des objectifs de la médecine régénérative est de trouver des moyens de stimuler la régénération tissulaire ou de fabriquer des tissus de remplacement.

Les salamandres et les grenouilles utilisent des cellules souches tissulaires semblables aux nôtres. Pourquoi ces animaux sont-ils capables de régénérer complètement un membre alors que nous formons des cicatrices ?

Les recherches indiquent que les animaux dotés de ces capacités de régénération conservent une sorte de carte à l’intérieur de leurs tissus adultes qui signale aux cellules dans quel tissu elles se trouvent et ce qu’elles sont.

Les mammifères ont peut-être perdu des parties de cette carte, ou leurs cellules souches ont perdu la capacité de la lire.

Les recherches actuelles

Les chercheurs espèrent découvrir quelles informations sont absentes ou inactivées chez les mammifères. Est-il possible de récupérer ces informations pour stimuler les capacités régénératives des cellules souches à des fins d’applications médicales ?

Les cellules souches des animaux tels la salamandre ou le poisson zèbre utilisent des stratégies variées pour reconstituer les parties du corps manquantes à partir de multiples tissus, tels que les muscles, les nerfs et la peau. Si nous arrivons à comprendre les mécanismes et les molécules que ces animaux utilisent pour renouveler les tissus adultes, pourrons-nous appliquer ces enseignements à la régénération ou à la modification de tissus humains ?

(sources : www.eurostemcell.org / http://www.quebecscience.qc.ca)

 

 

 

 

 

Mal au dos, mal à l’aine ou au ventre, c’est le psoas qui fait des siennes !

image-d-illustration_19460cd9f8731f460001c930e92f6711aba802fb.jpgLe psoas et l’iliaque sont méconnus. Il faut dire que quand on parle d’eux, car souvent ils fonctionnent ensemble, d’où le nom de psoas-iliaque, ce n’est pas pour en dire du bien.

Un peu d’anatomie

psoas-anatomyLe psoas prend racine au niveau des vertèbres T12 et L1 à L5 pour aller s’attacher sur le petit trochanter de votre fémur (petite protubérance en haut, au niveau du col du fémur).

L’iliaque prend racine à l’intérieur de votre bassin et s’attache tout près du psoas sur le fémur.

Très puissant, le psoas  a comme fonction principale la flexion de la hanche (flexion de la cuisse sur le bassin).  Du fait de nos mauvaises postures ou de nos activités sportives, le psoas à tendance à se raidir, ce qui engendre bien souvent des douleurs de dos, au niveau de l’aine ou même des genoux.

Quand nous sommes en position debout, il jouera le rôle de la corde d’un arc et augmentera une lordose lombaire, entraînant du même coup des douleurs lombaires pouvant irradier vers le bas du ventre et dans la cuisse.

Le rôle du psoas

Il joue un rôle capital dans :

-la stabilisation du bas du dos, du bassin et des hanches

-l’élimination des déchets en stimulant des organes, comme le foie et les reins

-la marche, car il permet la flexion de la hanche.

Le psoas contrôle la cambrure de la zone lombaire de la colonne vertébrale (bas du dos) et la répartition de la pression exercée sur les disques vertébraux.

Il est actif lors des déviations de la position du tronc, surtout lors des déviations latérales et vers l’arrière. Il compense ainsi la traction vers l’arrière lors du port de charges lourdes par le bas du dos. Il est impliqué dans l’équilibration du corps en position debout, en association avec les muscles de la ceinture abdominale.

Les douleurs dues au psoas

Ce muscle a facilement tendance à devenir tendu puisque son fascia (membrane fibreuse recouvrant le muscle) est en continuité avec celui du rein et également en continuité avec le diaphragme.

-L’extension de la hanche devient alors limitée, la lubrification de la partie arrière de la hanche ne se fait plus  et les phénomènes de dégénérescence s’installent.

L’usure qui s’ensuit devient parfois tellement importante que l’on doit faire une prothèse totale de hanche. 

-Quand l’un des deux psoas, ou les deux se coince en position de flexion, ils accentuent la bascule du bassin et la pression sur la colonne vertébrale et nous le ressentons au niveau du cou et des lombaires.

-Les muscles ischio-jambiers se contractent, nos mollets aussi.

-Le nerf crural entre dans la danse.

Le psoas-iliaque et l’émotionnel

Le psoas est relié au diaphragme, endroit du corps où l’on ressent des symptômes physiques liés à l’anxiété et à la peur.  La crispation du diaphragme tend le psoas et réciproquement.

La plupart du temps, le psoas se rétrécit et se contracte. Cette tension amène de nombreux problèmes de santé comme les maux des genoux et du dos, les problèmes digestifs ou la respiration irrégulière. Le stress du psoas peut aussi provoquer une douleur chronique.

Les personnes qui ont un psoas anormalement rétréci et tendu peuvent être submergées par le sentiment de peur ou par l’angoisse…

Que faire ?

L’étirement de ce muscle permet d’éviter l’inflammation tendineuse et un blocage vertébral tout en augmentant l’efficacité et l’amplitude des gestes. C’est le principal étirement à faire après le footing pour se prémunir d’une pubalgie, aussi appelée tendinite du pubis, particulièrement difficile à soigner quand elle est installée.

etirement-psoas-4etirement-psoas-6

psoas-etirement

 

 

7 questions que l’on se pose souvent

th (1)Ça vous a traversé l’esprit puis vous avez oublié ? Pas très important de savoir tout ça, c’est sûr, mais parfois utile.

Quelle était la profession du père et de la mère d’Emmanuel Macron ?

Macron est le fils de Jean-Michel Macron, médecin et professeur de neurologie au CHU d’Amiens, responsable d’enseignement à la faculté de médecine de cette même ville. Sa mère est Françoise Noguès, médecin conseil à l’assurance maladie (CNAM). Ah Ah…de plus, le frère et la soeur du candidat seraient respectivement radiologue et néphrologue. Dans ses vœux pour 2019, notre président actuel souligne que nous sommes bien soignés et à peu de frais, il a ses sources !

Courir par grand froid est-il mauvais pour la santé ?

Pas forcément mais il faut bien s’échauffer et s’étirer avant la course, se couvrir la tête et bien isoler son corps en mettant plusieurs couches, faciles à enlever. Ne pas oublier de boire, on se déshydrate vite. Attention au vent, c’est lui l’ennemi le plus sérieux.

Combien gagne un médecin traitant ?

Un médecin généraliste gagne entre 3 930 € bruts et 16 061 € bruts par mois en France, soit un salaire moyen de 9 996 € bruts par mois, avant paiement des charges et impôts qui représentent environ 60% des revenus des professions libérales (source : journaldunet.com).

Pourquoi ne faut-il pas réutiliser une bouteille d’eau minérale vide ?

Les fonds de bouteille en plastique favorisent l’apparition de bactéries et germes en tout genre. Selon une récente étude, On recense, dans une bouteille réutilisée, 20 fois plus de bactéries que dans la gamelle d’un chien, et 100 fois plus que sur la cuvette des toilettes.

Est-il dangereux de prendre un médicament après la date de péremption indiquée ?

La plupart des médicaments sont utilisables pendant deux à trois ans. Cette date n’est valable que si les conditions de stockage ont été respectées: si certains produits doivent être gardés au froid, d’autres ne doivent absolument pas être réfrigérés. Le conditionnement peut aussi jouer un rôle important. Une solution buvable ou injectable s’altère plus vite qu’une pilule ou un comprimé. Il est très important de conserver ses médicaments dans un endroit sec, tempéré et à l’abri de la lumière.
Attention aux sirops : ils peuvent souvent se détériorer parce qu’ils contiennent du sucre.

Peut-on encore manger des huîtres sans danger ?

Filtrant 10 litres d’eau par heure et incapable de contrôler sa température interne, lhuître est extrêmement sensible à son environnement. L’élévation des températures risque dans l’avenir de favoriser les maladies de l’huître. Sans le froid, qui permet un repos biologique, et avec de fortes pluies qui modifient la salinité de l’eau et sa teneur en phytoplancton, l’activité du mollusque est modifiée.

Qu’elles soient en vrac ou en bourriche, attention à conserver les huîtres bien droites pour qu’elles gardent leur eau.

Boire du thé toute la journée, pas de problème ?

Pour la santé, pour les troubles du sommeil, pour les carences en vitamines, pour la nervosité, boire du thé toute la journée doit se faire avec modération. 5 tasses par jour, c’est largement suffisant et attention, il faut boire son thé à distance des repas, car il diminue l’absorption du fer.

Marie Janneau

Ce qu’on ne vous dit pas à bord d’un avion

777829Vous rentrez de vacances, ou vous partez en voyage ? Peu importe, si vous prenez l’avion, lisez ce qui suit en salle d’attente, à bord il y a encore des choses que vous ne connaissez pas.

« Bonjour, bienvenue à bord »

C’est l’entrée en matière traditionnelle des hôtesses et stewards quand vous entrez dans l’avion. Il ne s’agit pas que d’une politesse, c’est le moment où vous êtes scanné de la tête aux pieds. C’est à ce moment là qu’ils repèrent les passagers « à part » : ceux qui ont un peu trop abusé de l’alcool, ceux qui ont des besoins spécifiques à cause d’un handicap quelconque, ceux qui voyagent avec des enfants…

L’eau à bord est-elle potable ?

On ne doit jamais boire l’eau du robinet dans les toilettes d’un avion. En revanche, l’eau qui sert à fabriquer le café ou le thé à bord est potable, bien sûr. Mais il paraît que les réservoirs des boissons chaudes ne sont pas nettoyés aussi souvent qu’il le faudrait..

Les hôtesses n’aiment pas servir un Coca-Cola

Les bulles et la mousse mettent une éternité à se dissiper dans les verres et forcément, cela prend bien plus de temps que de servir un café…

Les plateaux-repas

Les repas à bord des avions sont servis sous vide. Ils n’ont aucune valeur nutritive et sont bourrés de sel, de sucre, de gras et de glucides simples. A la guerre, comme à la guerre !

L’alcool, toujours plus fort !

En fait, à 10 000 mètres d’altitude, on tient moins bien l’alcool. Il y a beaucoup moins d’oxygène dans le sang, et la diminution de densité d’air provoque une diminution de pression dans les alvéoles des poumons. Cette baisse d’oxygène fait que l’alcool pénètre plus vite dans notre sang, et nous rend ivre beaucoup plus facilement. L’absence d’humidité dans l’air à haute altitude est aussi une raison de ce changement. Parce que l’air est sec, notre corps est un peu déshydraté, et l’impact de l’alcool se fait donc plus ressentir. 

Y a-t-il un médecin dans l’avion ?

Selon le « Journal international de médecine », la question serait posée 350 fois par jour dans le monde entier. En France, les compagnies aériennes n’ont pas l’obligation légale de voler avec du personnel soignant.  Pourtant, les incidents médicaux en vol ne sont pas rares.

L’équipage a dans la poche un diplôme de secourisme et du matériel médical est aussi à sa disposition. Air France a notamment équipé ses avions de défibrillateurs, en cas d’arrêt cardio-respiratoire, par exemple. Et si besoin, l’équipage peut toujours appeler le Samu ou un autre référent au sol pour recevoir des instructions.

Les médecins présents dans l’avion sont de plus en plus réticents. En vol, ils sont effet toujours soumis à une responsabilité pour faute : délit de blessure ou d’homicide par imprudence, mise en danger de la vie d’autrui… « Mais si on n’intervient pas, on est coupable de non assistance à personne en danger », explique l’un d’eux.

Et en cas de décès… ?

Lors d’un vol, un passager décédé peut être déplacé dans un siège vide en première classe ou en classe business selon la disponibilité, ou dans une salle de repos, allongé et couvert. Dans le cas où aucune place n’est disponible dans l’avion, le passager décédé peut simplement être attaché étroitement tout en le couvrant. La meilleure chose à faire habituellement quand un passager meurt en plein vol est de placer le corps hors de la vue des autres passagers. 

Aucun avion ne fait un atterrissage d’urgence en cas de décès (ou de naissance sans complication) parce que ce ne sont justement pas des cas d’urgence. Dans le cas où le décès survient tôt dans un vol, l’avion est susceptible de retourner à l’aéroport d’origine ou à l’aéroport le plus proche. À mi-chemin ou plus tard, il n’est généralement pas possible de revenir au point d’origine.

Marie Janneau